L’EPFL sur la première marche du podium de SensUs

Découvrir la suite
SenSwiss
SensUs
innovation
Etudiants
Santé
Biocapteur

Huit étudiants de l’EPFL ont remporté le prix technique de la compétition internationale SensUs, en imaginant un biocapteur portable visant à quantifier la vancomycine dans le sang pour mieux juguler ses effets secondaires. A terme, la technologie pourrait s’appliquer à d’autres antibiotiques.

L’équipe SenSwiss de l’EPFL est la plus primée de la compétition internationale SensUs, qui s’est déroulée les 7 et 8 septembre 2018 à l’Université technique d’Eindhoven aux Pays-Bas. Composée de huit étudiants EPFL Master en microtechnique, bioingénierie et sciences de la vie, elle a remporté le prix technique, et s’est classée deuxième pour les prix liés à la créativité et à l’entrepreneuriat. Leur biocapteur, capable de quantifier la présence d’un antibiotique de dernier recours, la vancomycine, dans le plasma sanguin, s’est avéré le plus performant.

L’objectif de la compétition SensUs 2018 était d’imaginer un biocapteur permettant un dosage adapté de la vancomycine aux besoins du patient, afin d’éviter de lourds effets secondaires. Cet antibiotique pouvant notamment porter atteinte aux reins et à l’audition.

L’EPFL a participé pour la seconde année consécutive à la compétition SensUs aux côtés de 12 universités du monde entier. «Ce concours a été lancé il y a trois ans, il est très sérieux et représente un énorme défi. Les étudiants sont confrontés à des problèmes en chaîne, ils doivent apprendre à travailler en équipe, à faire confiance aux autres et à déléguer les tâches en fonction des qualités de chacun», souligne le professeur Philippe Renaud, qui coache l’équipe.

Mesure basée sur la polarisation

Dans le but d’encourager le développement de biocapteurs, la compétition se focalise chaque année sur un objectif différent. Mais il s’agit toujours de traquer un biomarqueur qui a un impact sur la santé publique. Celui-ci est défini par un panel d’experts, dont Philippe Renaud fait partie.

Actuellement, le test permettant de quantifier la vancomycine prend du temps, demande de prélever une quantité importante de sang, et nécessite une machine coûtant des dizaines de milliers de francs. Le biocapteur portable développé par les huit étudiants de Master détecte l’antibiotique en moins de cinq minutes avec seulement quelques gouttes de sang, et coûte moins de 5000 francs. Pour quantifier la vancomycine, la machine envoie de la lumière polarisée sur un échantillon renfermant un mélange homogène de plasma sanguin du patient et d’une solution contenant un peptide (séquence d’acides aminés) synthétisé.

Comment cela fonctionne? «A la base, nous avons recréé un peptide se liant spécifiquement à la vancomycine, et nous lui avons ajouté une molécule fluorescente, explique Alix Faillétaz, étudiante en bioingénierie. Lorsque l’antibiotique vient se lier à ce peptide fluorescent, ce dernier ralentit son mouvement. En conséquence, il renvoie une lumière plus polarisée que lorsqu’il est libre. Grâce au degré de polarisation de la lumière, nous pouvons donc quantifier la concentration de vancomycine présente dans le sang du patient.» Selon le professeur Philippe Renaud, la technique existe déjà mais elle n’a jamais été implémentée dans un biocapteur portable.

Aux Pays-Bas, l’équipe a non seulement prouvé l’efficacité de son biocapteur, en analysant différents échantillons, mais aussi présenté son utilité dans le secteur médical et son potentiel de commercialisation. «Notre biocapteur pourrait être utilisé pour détecter d’autres antibiotiques ou biomarqueurs, à condition d’adapter la molécule de synthèse», remarque David Vilela, étudiant en sciences de la vie.

Scroll
Education | 22 articles