Une politique financière axée sur le moyen et le long terme

Lire l'article
finances
fonds tiers
comptes annuels

L’EPFL va célébrer en 2019 son 50e anniversaire. Elle a démontré, ces dernières décennies, une capacité à se développer de manière spectaculaire, alignant les projets innovants et les succès dans tous les aspects de ses missions (éducation, recherche, innovation).

En 2018, elle a poursuivi sa croissance en enregistrant un nombre de projets éducatifs novateurs et ambitieux, des percées scientifiques aux impacts planétaires, et le développement de sa mission vis-à-vis du transfert de technologie vers le reste de la société.

La hausse du nombre d’étudiants a atteint 4.2 %, une progression supérieure aux prévisions, confirmant sa forte attractivité en Suisse et à travers le monde. L’EPFL a particulièrement renforcé son impact et ses collaborations avec l’écosystème suisse et développé un nombre de partenariats importants, privés et publics. De nouvelles chaires ont été créées et d’importants investissements consentis sur le campus et dans ses antennes cantonales en Valais, à Genève, Neuchâtel et Fribourg.

L’EPFL se démarque par son agilité, sa capacité à saisir rapidement les opportunités et à se maintenir en tête dans l’obtention de financements de tiers, diversifiés, compétitifs et industriels, qui totalisent 33% de son financement, un record pour une Ecole Polytechnique en Suisse. Ces financements lui permettent d’étendre ses activités de recherche et de promouvoir ainsi la compétitivité de la Suisse dans les domaines scientifiques de pointe. L’Ecole continue ainsi à se construire et se renforcer grâce à l’autonomie qui lui est donnée, pour se maintenir parmi les meilleures universités polytechniques au monde.

L’EPFL poursuit une politique financière axée sur le moyen et le long terme, en support à sa stratégie et ses missions, garantissant ainsi une allocation réfléchie de ses ressources ainsi que la pérennité de ses opérations. Sa croissance rapide nécessite une adaptation constante de ses infrastructures, bâtiments et laboratoires « state of the art », ainsi que des dernières technologies dans le domaine de l’éducation et de la recherche. Ces dernières requièrent des investissements importants (infrastructures, équipements scientifiques) qui génèrent des coûts opérationnels significatifs ; c’est pourquoi l’EPFL a développé, ces dernières années, des plateformes technologiques partagées qui permettent aux chercheurs de les exploiter de manière optimale et efficiente.

Les charges d’exploitation consolidées ont totalisé 1’048 millions de francs (+ 1.8%), notamment impactées par l’inflation, l’augmentation des charges liées à l’énergie et une augmentation des amortissements.

Les produits totaux consolidés progressent très légèrement à 1’052 millions de francs (+0.1%) ; cette situation est due notamment aux mesures de restrictions budgétaires liées au financement fédéral (+1.1%), de la croissance des fonds compétitifs obtenus notamment du Fonds National Suisse, et compensés par une baisse des dons et legs, plus volatiles d’une année à l’autre.

Le financement fédéral de CHF 704 millions constitue le socle de la structure financière de l’Ecole ; les financements obtenus par le Fonds National Suisse, d’autres organismes de la Confédération, Innosuisse ainsi que les financements des programmes cadres de recherche de l’Union Européenne constituent son deuxième pilier (CHF 185 millions investis) ; Le troisième pilier est constitué des financements en collaboration avec le secteur privé, industriel, de fondations à but non lucratif, du produit de prestations de service, des taxes d’écolage, ainsi que de dons et legs (CHF 163 millions).

L’EPFL clôt l’année 2018 avec un montant record depuis 2015 de contrats signés avec des tiers pour la recherche, dont les flux financiers vont s’étaler sur les mois et années à venir. Les fonds publics nationaux et internationaux, les fonds de tiers provenant de fondations à but non lucratif ou d’entreprises ont tous contribué à ce succès. L’augmentation est particulièrement notable dans le succès de nos collaborations avec les entreprises, avec une hausse de 40% par rapport à 2017 pour un total de CHF 35 millions de francs.

Avec cet accroissement des fonds de tiers, l’EPFL assure son développement, maintient une richesse d’échanges avec ses partenaires et l’extension de ses activités de recherche. A cet égard, la haute école est tout autant attachée à préserver sa liberté d’enseignement et de recherche que sa liberté d’action stratégique et financière.

Les comptes annuels consolidés de l’EPFL constituent une présentation transparente et par exercice de la situation sur le plan de sa santé financière, de ses charges et produits et de sa fortune. Ils appliquent intégralement les normes IPSAS en vigueur: l’EPFL a ainsi rejoint en 2018 le cercle international restreint des hautes écoles qui bénéficient de l’attestation complète IPSAS.

Caroline Kuyper – Vice-présidente pour les finances

Scroll
Gouvernance | 11 articles