«Notre façon de travailler aura un impact énorme sur notre succès»

Découvrir la suite
EPFL Innovation Park
start-up

L’entreprise suisse Schindler, dont le siège est à Lucerne, a choisi l’EPFL Innovation Park pour ouvrir le Schindler Lab. Leur premier laboratoire directement relié à une université a été inauguré en décembre. Martin Kusserow, responsable du laboratoire, explique ce qu’ils veulent faire.

Martin, parlez-nous de l’idée du Schindler Lab ?

Le département New Technologies de Schindler évalue les technologies les plus récentes et leur applicabilité dans l’industrie des ascenseurs et des escaliers mécaniques. Dans l’esprit de cette équipe spéciale dont nous faisons partie, nous voulons vraiment aller vers de nouveaux développements. Bien sûr, toujours dans l’idée que Schindler déplace les gens de A à B. Il y a maintenant un élan pour élargir notre perspective vers la recherche. Nous examinerons de nouvelles technologies, de nouveaux projets et de nouvelles possibilités pour donner vie à l’innovation. Souvent, les produits innovants proviennent de l’extérieur de l’entreprise : il y a des start-ups et des étudiants qui font des choses nouvelles, et les professeurs et chercheurs de l’EPFL bien sûr. Et c’est pourquoi nous choisissons l’endroit où tous ces mondes interagissent, le Parc de l’innovation de l’EPFL, y compris tous ses services et son support.

«Nous examinerons de nouvelles technologies, de nouveaux projets et de nouvelles possibilités pour donner vie à l’innovation.»

Comment votre équipe travaille-t-elle au sein du Schindler Lab ?

Nous intégrons les étudiants par le biais de stages et de mémoires de maîtrise. Nos stagiaires organisent leur équipe de manière autonome et sont reliés de manière moderne à notre siège Schindler à Lucerne. Vous avez vu l’écran au bureau, il fournit une connexion permanente comme si nous étions dans la même pièce que nos collègues. Ainsi, ce n’est pas seulement le contenu qui change grâce à la numérisation, mais aussi la façon dont nous pouvons interagir les uns avec les autres. C’est beaucoup plus naturel si vous voyez la personne et lui parlez rapidement. Je suis convaincu que notre façon de travailler aura un impact énorme sur le succès de notre laboratoire.

Quels types de projets allez-vous aborder ?

Avec les étudiants et les collaborateurs de notre laboratoire, la mobilité de l’avenir est au cœur de nos préoccupations. Comment nous déplacerons-nous à l’avenir d’un endroit à l’autre – verticalement et horizontalement ? De nombreux sujets sont concernés tels que les villes intelligentes, y compris, comme nous le faisons sur le campus de l’EPFL, le smart campus. Avec les étudiants et les chercheurs de l’EPFL, nous voulons aller dans cette direction et vraiment explorer ces choses sur le campus de l’EPFL. C’est là aussi que nous espérons pouvoir contribuer avec l’EPFL – nous sommes en contact avec l’unité Campus durable par exemple.

La numérisation sera l’un des points clés, y compris l’apprentissage machine. Pour les étudiants de divers horizons, par exemple en mathématiques et en informatique, il s’agit d’une opportunité avec une faible barrière d’entrée dans notre passionnant domaine de la mobilité parce qu’elle ne nécessite presque aucune connaissance sur les ascenseurs et escaliers mécaniques. Et pour nous, travailler avec des étudiants de différents domaines et s’inspirer d’eux est une grande valeur.

Scroll
Innovation | 17 articles