À quel point votre entreprise est-elle mal gérée? Un nouvel indice de gouvernance d’entreprise.

Lire l'article

Un nouvel indice de gouvernance d’entreprise permet de mieux évaluer l’impact de certains comportements  problématiques au sein des entreprises, permettant ainsi aux décideurs et aux dirigeants d’élaborer des mesures de gouvernance plus efficaces.

Les règles de gouvernance d’entreprise ont pour objectif de s’assurer que les entreprises sont bien gérées et protègent les intérêts de leurs divers ayants droit. L’actualité ne cesse néanmoins de nous rappeler qu’il existe une marge d’amélioration considérable en matière de gouvernance d’entreprise. De fait, la conception de dispositions efficaces en matière de gouvernance constitue un défi de taille. Un des chalenges principaux auquel les décideurs font face est de clairement identifier les comportements problématiques des entreprises afin de mettre en place des dispositifs de gouvernance plus efficaces. Les professeurs Erwan Morellec, Boris Nikolov et Norman Schürhoff ont récemment développé un cadre d’analyse permettant d’identifier différents problèmes de gouvernance ainsi que leur impact sur différents groupes d’ayants droit. Leur attention se porte en particulier sur les conflits d’intérêts entre actionnaires majoritaires et actionnaires minoritaires ainsi que sur les conflits d’intérêts entre actionnaires et créanciers des entreprises.

En effet, des problèmes de gouvernance peuvent apparaître lorsque les actionnaires majoritaires (souvent un propriétaire-gérant) essaient d’influencer les décisions de l’entreprise aux dépens des actionnaires minoritaires par exemple en essayant de diluer leur parts ou de s’octroyer certains avantages lors de la distribution des profits de l’entreprise. Des problèmes de gouvernance peuvent également entacher les relations entre créanciers et actionnaires, ces derniers pouvant par exemple inciter l’entreprise à prendre des risques excessifs ou essayer d’obtenir des concessions des créanciers au moment de sa défaillance.

L’approche utilisée par Erwan Morellec et ses collègues pour mesurer les conflits d’intérêt et leur impact sur la valeur des entreprises est d’utiliser les différentes décisions prises par les entreprises. Par exemple, en termes de choix de financement, un actionnaire majoritaire qui agit dans l’intérêt de l’entreprise et ses ayants droit utilisera un certain ratio d’endettement pour son entreprise, laissera ce ratio fluctuer dans des limites spécifiques en modifiant le niveau de dette de l’entreprise à mesure que les conditions économiques évoluent, ou choisira de faire faillite plus tard en cas de difficulté. Tout écart par rapport à ce comportement optimal indique la présence d’un problème de gouvernance et permet de mesurer la sévérité de ce problème à l’aune d’un nouvel indice construit spécifiquement ainsi que ses effets sur la valeur de l’entreprise.

En termes pratiques, le nouvel indice de gouvernance développé par les auteurs de l’étude permet de mesurer la qualité de la gouvernance au sein d’une entreprise donnée et ses effets sur la performance de l’entreprise.

En testant le modèle sur des données provenant de 12 652 entreprises de 14 pays de l’OCDE, Erwan Morellec et ses collègues ont constaté que l’impact de ces deux types de conflits a entraîné une perte moyenne de 5,3 % de la valeur des entreprises. Ainsi, une réglementation plus efficace de ces comportements apporterait une valeur ajoutée considérable aux entreprises, au bénéfice des actionnaires minoritaires et des détenteurs d’obligations. Cette étude a également montré que les différences en termes de bonne gouvernance étaient plus importantes entre les entreprises d’un même pays qu’entre les entreprises de différents pays, mettant ainsi en évidence que la bonne gouvernance trouvait sa source au sein des règles mises en place par les entreprises plutôt que dans les différents cadres légaux développés par les gouvernements.

En termes pratiques, le nouvel indice de gouvernance développé par les auteurs de l’étude permet de mesurer la qualité de la gouvernance au sein d’une entreprise donnée et ses effets sur la performance de l’entreprise. Comme le montre l’étude, il permet également aux décideurs d’évaluer l’efficacité de dispositions précises en matière de gouvernance.

Scroll
Recherche | 42 articles