2
0
2
0

Pérennité financière garantie malgré le COVID-19

Lire l'article
covid-19
finances
finance
fonds tiers
comptes annuels
Conseil des EPF

L’EPFL dispose de revenus annuels supérieurs à 1 milliard de francs pour financer ses missions d’éducation, de recherche et d’innovation. Grâce au soutien indéfectible de la Confédération, l’École a pu garantir en 2020 la pérennité financière de l’ensemble des activités des plus de 16’000 membres de sa communauté, malgré les circonstances exceptionnelles liées à la pandémie de COVID-19.

L’EPFL a ainsi reçu en 2020 la première tranche de MCHF 24 de l’ajustement structurel de son budget, décidé fin 2019 par le Conseil des EPF (CEPF). Cet ajustement se poursuivra jusqu’en 2024 pour atteindre MCHF 49 par année afin que l’École puisse continuer à financer durablement ses besoins en infrastructures, incluant de nouveaux bâtiments pour la recherche et l’éducation, et son système performant de promotion des professeurs.

L’EPFL a également continué de bénéficier de la diversification de ses financements et a poursuivi le renforcement de son organisation et de sa gouvernance. Ces actions ont encore amplifié son impact sur la science et la société, en lui permettant de lancer des projets innovants et de consolider son rayonnement international. En 2020, l’École a notamment gagné quatre places au ranking international QS, pour prendre la 14e place, et 18,2 % des publications de l’EPFL font partie des plus citées dans leur domaine (16e place mondiale, classement de Leiden).

« En termes de coûts, la crise sanitaire liée au COVID-19 s’est traduite par une baisse de certaines dépenses. »

Sources de financement

Le financement fédéral accordé à l’EPFL par le CEPF s’est élevé à MCHF 713 en 2020. Il représente le premier pilier de la structure financière de l’École. Le deuxième pilier (MCHF 183 en 2020) est constitué du financement public indirect, par le Fonds national suisse, Innosuisse et d’autres programmes de la Confédération, ainsi que par les programmes-cadres de recherche de l’Union européenne. Le secteur privé, les fondations à but non lucratif, le produit de prestations de service, les taxes d’écolage, les dons et legs représentent le troisième pilier de la structure financière de l’EPFL (MCHF 167 en 2020). 

La pandémie de COVID-19 a montré l’importance pour l’EPFL d’avoir continuellement diversifié ses sources de financement. Malgré l’instabilité provoquée par la crise sanitaire, l’augmentation par rapport à l’année précédente des nouveaux contrats de recherche conclus en 2020 avec des organismes publics se monte à MCHF 70 et à MCHF 10 pour ceux conclus avec le secteur privé. Parmi ces derniers figurent MCHF 5 de donations et MCHF 4 de subsides de recherche en faveur de projets liés à la recherche sur le virus SARS-CoV-2 et la maladie COVID-19. 

En termes de financements européens, la dernière phase du projet HBP (Human Brain Project) a débuté en avril 2020. Elle se déroulera jusqu’au 31 mars 2023. Le budget prévu pour cette période est de MCHF 162, financés par l’Union européenne, dont MCHF 34 reviennent à l’EPFL.

Coûts

En termes de coûts, la crise sanitaire liée au COVID-19 s’est traduite par une baisse de certaines dépenses (les chercheurs ont, par exemple, fortement diminué leurs déplacements professionnels à l’étranger et moins de partenaires ont été accueillis sur le campus). Ces économies ont notamment permis de faire face aux coûts suivants liés à la pandémie :

  1. Coûts directs liés à la pandémie (achats de masques ou encore de gels hydroalcooliques pour les étudiants et collaborateurs de l’EPFL ; soutien au niveau local et fédéral, avec la distribution de près de 60’000 masques lors de la pénurie en mars 2020 et mise en place d’une installation pour effectuer des tests de dépistage) ;

  2. Coûts indirects liés à la pandémie (ressources financières pour soutenir les membres de la communauté EPFL et aides apportées à un certain nombre d’acteurs et partenaires de l’EPFL impactés économiquement par le COVID-19). 

L’École a également utilisé une partie de ces économies pour anticiper certains projets, tels que la mise en place d’une politique de restauration plus respectueuse de l’environnement ou encore la modernisation de certains systèmes d’information de l’École.  

« Un projet novateur et ambitieux, qui permettra à l’École de s’affranchir des énergies fossiles et d’utiliser une énergie 100 % renouvelable dès 2022. »

Investissements

Porteuse de valeurs fortes telles que la diversité et l’excellence, l’EFPL a renforcé en 2020 ses investissements durables avec la modernisation de ses infrastructures et la poursuite de la construction de sa nouvelle centrale thermique, associée à un nouveau data center. Un projet novateur et ambitieux, qui permettra à l’École de s’affranchir des énergies fossiles et d’utiliser une énergie 100 % renouvelable dès 2022. 

À noter qu’avec des investissements de MCHF 63, les projets de l’EPFL — pour le développement de ses campus, l’acquisition d’équipements scientifiques et la modernisation continue des systèmes d’information — n’ont été que marginalement freinés par la crise sanitaire.

Projets et soutien

Le semi-confinement, qui a débuté en mars 2020, a montré l’importance pour l’EPFL de disposer de processus et d’outils modernes et flexibles pour gérer les finances en télétravail. L’École a fait la preuve de son niveau de maturité dans ce domaine, en passant, en l’espace d’une semaine, d’une gestion des factures sous forme papier à une gestion digitalisée. Cette flexibilité va être renforcée en 2021, avec la mise en place d’une solution complète de dématérialisation des factures fournisseurs, finalisant ainsi la digitalisation complète du cycle de vie des achats (processus Purchase to Pay). Un projet global et ambitieux de modernisation des processus et des outils en lien avec la gestion des finances, des achats ou encore des processus liés aux ressources humaines débutera également en 2021.  

La Direction de l’EPFL a annoncé en 2020 la priorité qui sera donnée dans les quatre prochaines années au renforcement des activités académiques. Afin de soutenir les différentes entités de l’École dans la poursuite de cet objectif, la Vice-présidence pour les finances (VPF) entend renforcer son rôle de support auprès des laboratoires, des facultés et collèges, ainsi que des Vice-présidences pour les affaires académiques (VPA), pour la transition responsable (VPT), et pour l’innovation (VPI). Dans ce but, un partenariat fort avec la nouvelle Vice-présidence pour les opérations (VPO) sera le garant d’une gestion efficace et durable de l’ensemble des ressources de l’EPFL (financières, humaines et matérielles).

Scroll
Gouvernance | 6 articles