2
0
2
0

Le nouveau Centre pour les systèmes intelligents de l’EPFL

Lire l'article
covid-19
digital
data
données
Physique
Robotique
intelligence artificielle
informatique

Publiquement annoncé en mai 2020, le nouveau Centre pour les systèmes intelligents (CIS) de l’EPFL sert de plateforme pour la promotion de la recherche en réunissant des experts en apprentissage machine, en science des données, en vision par ordinateur, en systèmes virtuels et physiques et en robotique.

Initialement conçu pour unifier la Faculté de l’Environnement Naturel, Architectural et Construit (ENAC), la Faculté des sciences et techniques de l’ingénieur (STI), la Faculté informatique et communications (IC) et la Faculté des sciences de base (SB), le CIS a pour mission unique de relier et de soutenir l’ensemble des chercheurs de l’EPFL dans des domaines liés aux systèmes intelligents. Ces domaines développent des technologies qui, une fois réunies, peuvent servir à élaborer des systèmes intelligents capables de prendre des décisions complexes et nuancées dans des environnements exigeants et dynamiques.

Le directeur exécutif du CIS, Jan Kerschgens, explique que l’objectif du centre consiste à extraire les chercheurs de leur bureau et de leur zone de confort pour les inciter à poursuivre des projets ambitieux et collaboratifs: «Nous n’avons jamais vu quatre facultés s’unir ainsi pour promouvoir la recherche et le transfert des technologies sous le dénominateur commun des systèmes intelligents. Le CIS est également en totale synergie avec d’autres centres de l’EPFL comme le Centre pour la confiance numérique et le Swiss Data Science Center

Afin de soutenir sa mission, le CIS a mis en place plusieurs activités clés.

Connaître les recherches et intérêts des collègues

Avec le soutien du comité scientifique du CIS, une série de colloques rassemble et invite des professeurs et chercheurs de l’EPFL et du monde entier, qui travaillent sur différents aspects des systèmes intelligents, pour discuter de l’état actuel de la technique. Les professeurs renommés Shafi Goldwasser (MIT), Radhika Nagpal (Harvard, Wyss Institute) et Bin Yu (UC Berkeley) ont déjà fait partie des invités.

Jan Kerschgens a également supervisé le lancement de la série de séminaires «Get to Know your Neighbor» qui offre une plateforme à la communauté de l’EPFL et à ses professeurs pour présenter et connaître les recherches et intérêts des collègues.

Pour encourager davantage la recherche dans le vaste domaine des systèmes intelligents, le centre a lancé le programme «CIS Collaboration Grant» en juillet 2020. Jusqu’à présent, trois subventions ont été attribuées, chacune correspondant à différents piliers de recherche: AI Healthcare, Intelligent Assistive Robotics, et Edge AI. En phase avec l’état d’esprit collaboratif du centre, chaque projet est développé entre au moins deux laboratoires de l’EPFL.

Projet international

Le CIS a également organisé et accueilli des ateliers avec des professeurs et postdoctorants. L’un des premiers résultats de ces échanges est l’octroi du FET Proactive «Digipredict» par la Commission européenne. Ce projet interdisciplinaire vise à développer une technologie, basée sur l’intelligence artificielle, capable de prédire de graves dysfonctionnements cardiovasculaires dus au coronavirus et, à plus long terme, des maladies inflammatoires. Il s’agit d’une collaboration entre le Laboratoire des dispositifs nanoélectroniques d’Adrian Ionescu, le Laboratoire des systèmes embarqués de David Atienza, le Laboratoire de mesure et d’analyse des mouvements de Kamiar Aminian et le Laboratoire d’apprentissage machine et d’optimisation de Martin Jaggi, et une dizaine de partenaires européens dont des universités, des hôpitaux et des start-up.

«Nous sommes fiers de soutenir notre premier projet international, Digipredict, qui combine des axes transversaux de recherche dans les systèmes intelligents et qui valorise le lien entre des partenaires internes et externes à l’EPFL. Nous serons en charge de la promotion du programme et de la diffusion de ses résultats», affirme Jan Kerschgens.

Le CIS accueille également l’unité ELLIS de l’EPFL, qui fait partie de la société ELLIS, une initiative paneuropéenne visant à réunir des experts en apprentissage machine et systèmes intelligents. Actuellement, il existe 30 unités identiques dans toute l’Europe.

Recherche collaborative

Enfin, le CIS sert de point de contact avec l’industrie, ainsi qu’avec des acteurs suisses et internationaux, pour nouer des partenariats à long terme et accélérer l’innovation dans les systèmes complexes. Comme l’affirme Ali H. Sayed, doyen de la Faculté des sciences et techniques de l’ingénieur de l’EPFL: «Nous sommes à un carrefour entre la conception intelligente de systèmes et la conception de systèmes intelligents. Ces derniers contribueront à la science, à l’éducation, à l’industrie et à l’économie en général. Ils permettront aux scientifiques et aux ingénieurs d’explorer en profondeur la complexité et l’espace de conception. Avec le CIS, l’EPFL se positionne comme leader dans ce domaine.»

 

«Nous disposons d’experts qui collaborent et voulons en tirer profit pour avoir un impact, notamment sur la recherche sur le COVID-19.»

Le CIS, lancé au début de la pandémie de coronavirus, et ses membres tirent déjà parti de cette nouvelle ressource pour réfléchir à des projets de recherche collaborative, notamment dans les domaines de la santé et de la médecine. «Nous disposons d’experts qui collaborent et voulons en tirer profit pour avoir un impact, notamment sur la recherche sur le COVID-19», a expliqué le doyen de l’IC, James Larus, aux participants du premier séminaire du CIS le 6 avril 2020.

En effet, David Atienza, professeur à la STI et membre du comité scientifique du CIS, a annoncé cette année le développement de l’application Coughvid au sein de son Laboratoire de systèmes embarqués (ESL), en collaboration avec des étudiants des facultés STI, IC et SB. Le concept de l’application ? Écouter votre toux et recourir à l’intelligence artificielle pour détecter si vous avez le coronavirus. L’application a récemment remporté l’un des meilleurs prix du hackathon suisse, LauzHack, et a attiré l’attention de la presse internationale. En novembre 2020, Coughvid a donné des pronostics précis à 80 %, offrant un excellent complément au test PCR.

Enfin, début novembre, le centre a accueilli un Open Campus Event en présence des doyens et des bénéficiaires de la CIS Collaboration Grant pour présenter et discuter des premières réalisations et des futures ambitions du centre pour 2021 et au-delà.

Scroll
Recherche | 35 articles