2
0
2
0

Un label pour des centres de données plus «green»

Lire l'article
données
informatique
durabilité
environnement

L’EPFL a lancé avec différents partenaires le premier label d’efficacité énergétique destiné aux centres de données.

«En 2011, lorsque l’on a fondé EcoCloud, le but était de réduire la consommation électrique et les émissions carbone des centres de données, alors qu’à cette époque les grandes groupes IT n’accordaient de l’importance qu’aux aspects économiques et commerciaux, déclare Babak Falsafi, directeur du centre de recherche. Nous avons développé des technologies pionnières qui ont introduit les énergies renouvelables dans l’écosystème des centres de données. » EcoCloud a pour mission de relever les défis majeurs du secteur ICT en stimulant l’innovation dans ce domaine, des algorithmes aux infrastructures.

Alors que la planète se tourne chaque jour un peu plus vers le numérique, les centres de données sont de plus en plus sollicités, ce qui induit une augmentation de leur consommation d’électricité. On estime que leur consommation énergétique pourrait atteindre 8% de l’électricité mondiale d’ici 2030.

Décarboner les centres de données

Face à ce constat, acteurs académiques et industriels ont uni leurs forces pour créer l’alliance Swiss Datacenter Efficiency Association (SDEA). Initiée par digitalswitzerland and Hewlett Packard Enterprise (HPE), l’association regroupe EcoCloud, HPE, Green IT Switzerland, la HES de Lucerne, l’Association suisse des centres de données (Vigiswiss) et l’Association suisse des télécommunications (ASUT). Le projet est également soutenu par le programme SuisseEnergie de l’Office fédéral de l’énergie (OFEN).

«Il n’existe aucun moyen de mesurer la responsabilité des centres de données dans les émissions de CO2», souligne Babak Falsafi. En janvier 2020, la SDEA a donc lancé un label qui permet de calculer l’empreinte carbone des centres de données en se basant sur l’efficacité énergétique de l’infrastructure hôte, de l’infrastructure informatique et de la charge de travail de celle-ci. «Le label est unique car, en plus des critères de base, il prend en compte la source de l’électricité et l’efficacité du recyclage de la chaleur émise, explique Babak Falsafi. Cela fonctionne comme un ensemble: si on utilise des énergies renouvelables, on obtient de meilleurs résultats.»

«Le label est unique car, en plus des critères de base, il prend en compte la source de l’électricité et l’efficacité du recyclage de la chaleur émise.»

Grâce aux trois labels (bronze, silver et gold), la SDEA veut inciter les exploitants à rendre leurs centres de données moins gourmands en énergie. D’après des tests menés dans dix centres en Suisse, la « boîte à outils » élaborée par la SDEA permet d’intégrer des mesures qui peuvent déplacer les besoins en électricité vers des énergies renouvelables jusqu’à 100%.

Scroll
Recherche | 35 articles